Misère et bidonville

MISÈRE ET BIDONVILLES

 

En 1960, à la périphérie d’Alger, les bidonvilles sont nombreux.

Une population misérable s’y entasse, en grande partie venue des campagnes désertées à cause de la guerre et de la politique de déplacement destinée à priver I’ALN du soutien des villageois. La principale conséquence de cette politique est la destruction du tissu social traditionnel.

Jeune sociologue en Algérie, en 1960, Pierre Bourdieu explique :

« Le peuple algérien connaît aujourd’hui une véritable diaspora. Les déplacements de population, contraints ou volontaires, ont pris des proportions gigantesques. Selon les estimations, le nombre des personnes déplacées se situe entre un million et un million cinq cent mille. Ce dernier chiffre étant le plus proche de la réalité. On peut admettre qu’un Algérien sur quatre vit en dehors de sa résidence coutumière. »

Source

Publicités
Cet article, publié dans Algérie, Guerre d'Algérie, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s