Harceler l’ennemi!

Quand le kabyle fait sa guerre

 

 Après la victoire du Front républicain, présidé par Guy Mollet, appelé aux commandes pour dénouer la crise algérienne, l’état d’urgence est maintenu en Algérie, où le « bled » continue de « pourrir ». On voit ci-dessus, le train de la ligne Alger-Beni Mansour, que les hommes d’un maquis kabyle ont fait dérailler à la fin du mois de février 1956.

Source

Cet article, publié dans Algérie, Guerre d'Algérie, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s