Le 17 octobre 1961 vu par l’historien marxiste léniniste, Jean Luc Einaudi.

Jean-Luc Einaudi : l’engagement personnel

En 1991, Jean-Luc Einaudi publie La bataille de Paris. Ouvrage de référence, cette enquête minutieuse repose sur des centaines de documents, d’archives et des témoignages oraux et écrits. En 1998, Maurice Papon porte plainte pour « diffamation envers un fonctionnaire public ». Einaudi est relaxé. La justice autorise le terme de « massacre » à propos du 17 octobre.

Le mensonge d’Etat

Avec l’ouverture des archives en 1997 et sa victoire contre Maurice Papon en 1999, Jean-Luc Einaudi accède finalement à de nouveaux documents. Son deuxième ouvrage Octobre 1961 : un massacre à Paris (2001) consolide les connaissances sur les 17 octobre 1961. Il détaille également le mensonge d’état qui a couvert pendant quarante ans ces événements.

La question du bilan

Encore aujourd’hui il est impossible de dire de façon certaine combien de personnes ont été tué le 17 octobre 1961. 3 victimes selon la version officielle de 1961. Entre 40 et 50 selon le rapport parlementaire publié en 1998 (Dieudonné Mandelkern). De 200 à 400 selon Ali Haroun et la direction du FLN. Jean-Luc Einaudi compte lui 200 morts environ sur la période d’octobre 1961.

Le personnage Papon

Maurice Papon (1910-2007)
Homme politique et haut-fonctionnaire français, Maurice Papon est condamné en 1998 pour complicité de crimes contre l’humanité pour des actes commis entre 1942 et 1944, sous l’occupation allemande, en tant secrétaire général de la préfecture de Gironde.

Le contexte politique du couvre-feu

Le gouvernement est divisé entre partisans des négociations avec les Algériens et ceux qui se refusent à la perte de l’Algérie française. Le Premier ministre Michel Debré et Maurice Papon sont les têtes de file de cette aile dure. Le général de Gaulle tranche en leur faveur en limogeant notamment le Garde des Sceaux Edmond Michelet, très critique envers Papon.

Cet article, publié dans 17 octobre 1961, Algérie, colonialisme, films, Guerre d'Algérie, Jean-Luc Einaudi, marxiste léniniste, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s