Pour certains hauts fonctionnaires français, en 1956: « L’ALGÉRIE SOUFFRE D’UN EXCÈS DE DÉMOCRATISATION »

Un article cité par La Pensée N°47 de mai-juin 1956:

la pensee mai juin 1956

Sottise ou cynisme ? En tout cas, nous croyons nécessaire de consigner ici, pour les historiens du colonialisme, les passages les plus marquants d’un article publié sous le titre « Le drame algérien » dans la Revue politique et parlementaire de mars 1956 :

« L’ALGÉRIE SOUFFRE D’UN EXCÈS DE DÉMOCRATISATION »

« […] L’organisation des fellaghas, telle qu’elle fonctionne en ce moment, comprend des bandes composées d’un fonds de brigands auxquels sont venus se joindre des hommes de guerre de toute provenance, congédiés sans solde et sans emploi, -déserteurs de nos régiments de tirailleurs ou de la Légion étrangère et des fanatiques du panarabisme et du panislamisme ; enfin des auxiliaires recrutés sur place, volontairement ou par contrainte. L’amour de la guerre, l’attrait du butin, rarement une idéologie commune (sic) peuvent les unir pour une besogne déterminée, sans empêcher chacun, à l’occasion, de mettre sa vaillance à l’encan. C’est un genre d’hommes que l’on voit apparaître partout où, dans le déclin des empires, s’installent le désordre et l’anarchie, après une longue période de guerres. Notre histoire a connu, par exemple : les pirates normands, tueurs de paisibles cultivateurs, brûleurs de fermes et voleurs de bétail ; les routiers des grandes compagnies ; les Ecorcheurs dont Duguesclin, après la paix de Bretigny (1360) ne put débarrasser la France qu’en les menant guerroyer en Espagne contre Pierre le Cruel ; la « clique à Mandrin » sous le règne de Louis XV ; les Chauffeurs pendant la période révolutionnaire.

« […] On peut se demander comment on a pu, pendant si longtemps, confondre les fellaghas avec le bon peuple musulman d’Algérie, l’homme des rues et des champs et les partis politiques d’opposition avec l’organisation rebelle, alors qu’elle les avait •tous reniés et assassiné certains de leurs représentants, aussi bien que les fonctionnaires et les notables. Les fellaghas ne sont pas un parti politique insurgé, révolté, préparant une révolution, mais un groupement de hors-la-loi éduqués, instruits, armés et équipés à l’étranger, poursuivant la subversion de l’ordre des choses établi, par la création d’un état d’anarchie.

« […] A les considérer comme des insurgés subissant l’égarement de la politique, on a été amené à assimiler leurs méfaits à des crimes politiques, à soumettre leurs -auteurs, condamnés comme tels, à un régime d’emprisonnement en commun, favorable à l’évasion ; à suspendre l’exécution des condamnations à mort prononcées régulièrement par les tribunaux. Les sanctions appliquées ont été timides, dans la crainte de punir des innocents ; on s’est fait scrupule d’appliquer la responsabilité collective (sic).

« […] Visiblement, l’Algérie souffre d’un excès de démocratisation. On courrait un gros risque en la démocratisant davantage par l’institution du collège unique […] Pendant combien de temps l’Algérie devra-t-elle demeurer soumise au régime d’autorité des territoires militaires qui viennent d’être rétablis en Kabylie et dans l’Aurès, et qui sera peut-être étendu à d’autres régions ?[…]»

Vous demandez quel est l’auteur de ces divagations sinistres, quel journaliste irresponsable peut faire preuve d’autant d’ignorance ou de capacité de mentir ? L’article «dont vous venez de lire l’essentiel est de M. Louis Milliot, l’ancien Directeur général des Affaires indigènes et des Territoires du sud au Gouvernement général de l’Algérie.

Cet article, publié dans Algérie, colonialisme, Guerre d'Algérie, Le parti colonial, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s