Ton exemple – A Henri Alleg

Ton exemple – A Henri Alleg

Henri Alleg

Tu as dit un mot plus percutants qu’une balle

Tu as dit un mot plus vivant que nous

Tu as limé l’outil pour éviter la rouille

Je t’ai appelé et l’amande m’a livré

Trois lettres et comme toi j’ai dit NON

Et comme toi j’ai vaincu les monstres

Bachir Hadj Ali Chants pour les nuits de septembre -1965- in L’Arbitraire, Editions de Minuit, 1965

Cet article, publié dans Algérie, colonialisme, Crimes policiers, Guerre d'Algérie, Henri Alleg, Poésie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s