Catherine Lévy – 19 ans en 1961 – Etudiante à la Sorbonne

Tombée par hasard sur la manifestation à Opéra, elle découvre la répression dans la rue puis observe les violences dans le métro en rentrant chez elle Pont de Neuilly.
« Je me suis retrouvée du côté de l’Opéra sur les Grand Boulevards avec des corps d’Algériens allongés sanguinolents, sanglants… »

Cet article, publié dans 17 octobre 1961, Algérie, colonialisme, Crimes policiers, films, Guerre d'Algérie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s