Djinns

Au milieu du désert, un homme épuisé, blessé et affolé avec une valise attachée à son poignet tire sur un ennemi invisible. Que s’est-il donc passé?
La réponse nous est donnée via la caméra super 8 et les rêves d’un appelé de la guerre d’Algérie, le soldat Michel parti en patrouille avec son escouade composée de professionnels et d’appelés, lancée à la recherche d’un avion perdu à travers une marche forcée dans le désert.
Cette équipe est très éclectique allant par exemple du tireur d’élite alcoolique à l’officier Saint-Cyrien incapable de manager son groupe.
Entre de superbes plans d’étendues de sable, ils découvrent l’avion et une partie de l’équipage décédé. Il manque cependant deux membres de l’équipage tandis qu’un cadavre a une valise menottée au poignet.
Là-dessus, ils doivent subir une attaque des Fedayins avant que le vent ne se lève et trouble tout.
Les soldats mitraillent sans distinction en tirant notamment sur un enfant… s’ensuit un florilège des méthodes utilisées par les armées coloniales: agression gratuites contre les civils, meurtres de femmes et de prisonniers, simulacre d’exécution…. dans un village où on voit toute la grandeur de l’éducation française puisque personne ne parle français!!! Dans ce cadre l’adjudant hystérique est tellement dans son élément qu’on peut se demander s’il l’a toujours été ou s’il s’est transformé pour les besoins de la guerre coloniale.
En opposition, on trouve les Djinns, ce peuple du désert qui n’a rien demandé aux impérialistes français, qui, invisibles pour certains (ça nous fait penser à l’attitude des colons comme Camus pour qui les Arabes n’existent pas Cf. la peste ou de la bourgeoisie en général qui veut faire travailler le prolétariat mais refuse qu’il soit visible et le dérange) résistent et prennent le dessus face à des soldats qui perdent tour à tour la raison. Aurait-il pu d’ailleurs en être autrement? peut-on se comporter comme un malade sans le devenir plus ou moins?
A travers la malette, apparaît aussi toute la nature de l’impérialisme français: il n’est que destruction.
En bref, Djinns, un beau film anti-impérialiste à voir impérativement!

Cet article, publié dans Algérie, cinéma, colonialisme, films, histoire, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Djinns

  1. feudeprairie dit :

    Un film qui aborde ce thème là c’est pas si courant! Je le chercherai. Par contre le lien vers l’article de Camus ne marche pas =)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s